LOADING

Type to search

Techniques de soudure de l’aluminium

Share

Beaucoup pensent à tort qu’il n’est pas possible de procéder au soudage de l’aluminium. Composé d’alliage, ce matériau se démarque de ses pairs par son riche taux en magnésium. Cette propriété le rend assez difficile à souder. Pourtant, il suffit de jouer avec des techniques de soudure adaptées pour parvenir facilement aux résultats attendus. 

La technique de soudage TIG 

La technique de soudage TIG fait partie des techniques de soudure de l’aluminium les plus utilisées. Basée sur l’usage du courant alternatif, elle consiste à réunir des éléments avec 1 à 4 mm d’épaisseur. Sachez que vous devez recourir à un élément d’apport en sus pour un aluminium dont l’épaisseur va au-delà de 2 mm. En effet, dépassant ce seuil, le soudage TIG requiert un processus plus ou moins complexe. Il consiste à souder des éléments à l’aide d’une grande puissance générée.

La technique de soudure MIG 

Le soudage MIG est utilisé dans la plupart des cas sur les épaisseurs dépassant les 3 mm. Il s’agit de la deuxième technique la plus utilisée par les bricoleurs et professionnels du domaine. Permettant d’assembler l’aluminium dans les meilleures conditions, cette technique requiert certaines connaissances avancées en matière de soudure. Elle demande également l’usage d’un matériel efficace et adéquat. Ainsi, le soudeur peut éviter tous problèmes liés de près ou de loin avec la souplesse du fil du matériau. Il doit veiller à ce que le fil utilisé dispose d’un diamètre suffisant et que le générateur soit assez puissant pour mener à bien la soudure. Le nettoyage des éléments à assembler s’impose également pour un assemblage réussi. 

Des conditions à réunir pour une meilleure soudure de l’aluminium

La soudure de l’aluminium repose sur une technique plus ou moins complexe, ce qui n’est pas le cas pour d’autres matériaux, comme l’acier. Autrement dit, le processus n’est pas impossible, mais reste difficile à réaliser. Il demande alors certaines compétences particulières. Le professionnel doit a priori maîtriser la température idéale de fusion. Effectivement, elle est inférieure à celle dont un arc de soudage a besoin.

Un mélange d’argon ou d’hélium est généralement nécessaire dans le cadre de la soudure MIG de l’aluminium. Cet élément empêche la réaction avec le matériau fondu. Il faut également que la couche au-dessus de l’aluminium soit rompue. Or, cette couche requiert une température idéale jusqu’à 2500°C pour fondre. 

Pour réaliser votre projet de souder l’aluminium, vous devez également prêter plus d’attention à l’écart de température pour faire passer le matériau de l’état solide à l’état liquide. La maîtrise de ce critère s’impose pour que la soudure ne soit pas un échec. 

Les professionnels de la soudure d’aluminium utilisent un outillage spécial pour satisfaire les attentes de leurs clients dans chacune de leurs interventions. Il répond sans doute aux techniques de soudage efficaces. Aux divers équipements adéquats s’ajoute encore le savoir-faire de l’expert en soudure. Ce dernier doit maîtriser les différentes étapes du soudage et les techniques adéquates à chaque situation. Au lieu d’assurer vous-même l’assemblage de vos pièces en aluminium, il est préférable de recourir aux compétences d’un professionnel.

Donner votre avis

Veuillez noter s'il vous plaît*